Cours du Bitcoin en temps réel

Cours du bitcoin en euro du 8-07-2020 - Dicas sobre Bitcoin - Ganhe rápido

Cours du bitcoin en euro du 8-07-2020 - Dicas sobre Bitcoin - Ganhe rápido submitted by infocryptocoins to CertificadoDigital [link] [comments]

Cours du bitcoin en euro du 26-06-2020 - Dicas sobre Bitcoin - mais rápido rápido

Cours du bitcoin en euro du 26-06-2020 - Dicas sobre Bitcoin - mais rápido rápido submitted by infocryptocoins to CertificadoDigital [link] [comments]

Cours du bitcoin en euro du 22-06-2020 - Dicas sobre Bitcoin - Ganhe dinheiro

Cours du bitcoin en euro du 22-06-2020 - Dicas sobre Bitcoin - Ganhe dinheiro submitted by infocryptocoins to CertificadoDigital [link] [comments]

(Figaro) Le Père Noël investit dans la cryptomonnaie et le bitcoin | Des sites proposent une carte cadeau de 50 euros convertibles en bitcoins à n'importe quel moment sur la valeur du cours de la cryptomonnaie.

submitted by Mukhasim to UMukhasimAutoNews [link] [comments]

Point sur ma situation!

[ Removed by reddit in response to a copyright notice. ]
submitted by anonfinop1337 to vosfinances [link] [comments]

Non, 25 000 commerces n’accepteront pas les paiements en cryptomonnaie en France en 2020

Non, 25 000 commerces n’accepteront pas les paiements en cryptomonnaie en France en 2020

A l’occasion de Paris Retail Week, qui a débuté ce mardi 24 septembre, une dépêche sur un nouveau produit de Global P.O.S et reprise dans les médias laisse à penser qu’une trentaine d’enseignes vont accepter les paiements en cryptomonnaie dès 2020. L’Usine Digitale a pu s’entretenir avec le dirigeant de Global P.O.S, Stéphane Djiane, qui revient en détail sur sa plate-forme, en phase expérimentale. AUDE CHARDENON | PUBLIÉ LE 24 SEPTEMBRE 2019 À 15H57
Les magasins Boulanger, Foot Locker, Décathlon, Conforama, Intersport (et bien d’autres) vont-ils accepter les paiements en cryptomonnaie dès l’année prochaine ? C’est ce qu’une dépêche, reprise par bon nombre de médias, explique ce mardi 24 septembre 2019, laissant entendre qu’un déploiement massif est en cours.
Ainsi, selon une information publiée tôt ce matin, 25 000 points de vente en France accepteront le paiement par crypto-actifs dès 2020. Cette dépêche fait suite à une annonce, au premier jour de la Paris Retail Week, de Global P.O.S, un spécialiste de dématérialisation des remboursements des titres prépayés et du paiement digital. Dans un communiqué, Global P.O.S et ses partenaires annoncent néanmoins autre chose : ils font évoluer leur plate-forme d’acceptation de paiement, Easy2PlayPayment, afin de pouvoir y intégrer les paiements en cryptomonnaies dans les boutiques physiques.
UN DISPOSITIF FLUIDE POUR LES COMMERÇANTS
Plus précisément, Global POS s’est appuyé sur ekino, Octo Technology, Smartchain, Havas Blockchain, Fidal, Deskoin et Savitar pour mettre à disposition des commerçants une solution leur permettant d’accepter le paiement en crypto-actifs. Ensemble, ils ont travaillé à l’ajout d’un module, et non des moindres, à Easy2PlayPayment. “Le travail d’écriture de la cryptomonnaie prend du temps, explique Stéphane Djiane, fondateur et dirigeant de Global P.O.S, à L’Usine Digitale. Il fallait un process fluide, mais également un outil permettant de garantir la conversion de bitcoins en euros”.
La solution s’inscrivant dans le cadre légal défini par la loi Pacte, ce sont les plates-formes d’échange qui sont en charge de la conversion des cryptomonnaies en euro. Grâce aux différents connecteurs compatibles avec les solutions Nepting et Famoco, des PME, restaurants et indépendants pourront accepter les paiements en cryptomonnaies. Par ailleurs, la solution plug and play ne change pas les habitudes des consommateurs et des enseignes.
Le dispositif permet donc à un commerçant de recevoir un paiement instantané effectué via l’application Easywallet, que l’utilisateur doit télécharger au préalable. Lors de la transaction, le coût de la transaction lui est signalé, et l’acheteur valide son achat. Un QR code est généré sur le smartphone, que l’hôte ou l’hôtesse de caisse doit scanner pour valider le paiement, qui s’effectue en temps réel, et en euros dans la caisse du commerçant. Les transactions seront pour le moment limitées à 1 000 euros, sous forme de bitcoins, mais l’objectif est d’ouvrir la solution à d’autres cryptomonnaies dans le futur.
CE SONT LES ENSEIGNES QUI VONT DÉCIDER
Si Global P.O.S indique dans son communiqué que “25 000 points de vente pourront désormais accepter les paiements en cryptomonnaies”, il fait référence à son portefeuille de clients et à leur réseau physique. L’éditeur de logiciel, qui compte parmi ses clients une quarantaine d’enseignes dont Boulanger, Foot Locker, Décathlon, Conforama, Maison du Monde, Intersport, Cultura, Norauto ou encore Sephora, espère bien les convaincre d’adopter ce nouveau moyen de paiement. Il est sans surcoût pour les commerçants, Global P.O.S se rémunérant par commission de 1 à 3% de la transaction selon le taux de change.
Mais rien n’indique que ces retailers adopteront avec certitude cette brique technologique. “Nous la rendons disponible aux enseignes, qui vont décider, ou pas, de l’utiliser”, poursuit Stéphane Djiane. Une réalité bien différente de celle décrite par la dépêche publiée ce matin, qui indique que les acheteurs pourront régler leurs achats de cette façon dès 2020 dans 25 000 points de vente en France.
4 MILLIONS DE FRANÇAIS DÉTENTEURS DE CRYPTOMONNAIES
Si la technologie est extrêmement intéressante, on est très loin d’un déploiement à grande échelle et à court terme. Disponible au premier trimestre prochain, elle est actuellement en phase expérimentale chez 5 enseignes, dont les noms ne sont pas précisés, et ce jusqu’à la fin de l’année. “Les enseignes sont à l’écoute car les cryptomonnaies font régulièrement l’actualité, analyse Stéphane Djiane. Pour autant, elles ont besoin d’être accompagnées avant de prendre la bonne décision. Notre but est de leur faire comprendre qu’aujourd’hui, un commerçant ne peut se permettre de refuser un moyen de paiement”.
Selon l’étude Kantar TNS 2018, plus de quatre millions de Français possèdent des cryptomonnaies. Reste à savoir si comme moyen de paiement, elles peuvent s’installer durablement dans leur quotidien.
AUDE CHARDENON @ChardenonA
https://www.usine-digitale.farticle/non-25-000-commerces-n-accepteront-pas-les-paiements-en-cryptomonnaie-en-france-en-2020.N887659
CQFD
submitted by Freetokenairdrop to france [link] [comments]

For french taxpayers only - crypto-to-crypto transactions are not taxable.

This is an answer a tax lawyer made after the Cour d'Etat has published a decision on 26th of April, just before french taxpayers have to fill their tax return.
Exclusively for BTC readers ;-)
Disclaimer : I'm not your financial or fiscal advisor. Do your own research. I just share this piece of correspondence because it may help some of you.
Note : le 2° de l'article 150 du CGI dont il parle permet à priori d'exclure de la déclaration les transactions d'un montant inférieur à 5000€.
------------------------------
Certains commentateurs se risquent à affirmer que le CE aurait clairement indiqué que les échanges de crypto-monnaies étaient par nature taxables.
Je m’inscris en faux contre une telle interprétation de la décision du CE. du 26 avril 2018 , interprétation qui découlerait du paragraphe 15 de celle-ci.
15 « […] En revanche, en énonçant que les profits tirés de l’exercice habituel d’une activité de cession d’unités de « bitcoin » acquises en vue de leur revente, y compris lorsque la cession prend la forme d’un échange contre un autre bien meuble, sont imposés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux, les commentaires attaqués ne méconnaissent pas, contrairement à ce qui est soutenu, les dispositions des articles 34 du code général des impôts et L. 110-1 du code de commerce. »
Le CE ne fait que répéter verbatim, en la tronquant, la doctrine administrative qu’il a d’ailleurs rappelée au paragraphe 2 — l’Administration estimant en effet quant à elle nécessaire de préciser entre parenthèses : « échange des bitcoins contre des euros, mais aussi achats de biens de toute nature réglés par des bitcoins : dans ce cas, le gain doit être déterminé par référence à la valeur en euros du bien acquis. »
Ni Bercy, ni le CE, n’ont jamais affirmé que l’échange de crypto-monnaies était taxable car générateur de profits ou de plus-values.
Dans son paragraphe 13 le CE affirme : « Les unités de « bitcoin » ne relevant pas de la catégorie des biens immeubles, au sens de cet article, et ayant ainsi la nature de biens meubles incorporels, l’imposition des profits tirés de leur cession par des particuliers relève, en principe, des dispositions de l’article 150 UA précité. » Cela signifie notamment que des exceptions à une taxation sur le fondement de l’article 150 UA du CGI ne sont pas exclues et que l’Administration conserve les coudées franches. Il est par ailleurs aisé d’observer que les plus-values sur valeurs mobilières (également biens meubles incorporels) ont leur propre régime de taxation.
------------------------------
Ma position sur les échanges de crypto-monnaies (dont le bitcoin) est la suivante.
Il est évident que le bitcoin est un bien meuble incorporel. Le nom commun bien renvoie à un élément d’actif patrimonial. Meuble s’oppose à immeuble. L’adjectif incorporel renvoie à de l’impalpable, à de l’immatériel, et donc il s’applique aux biens ou valeurs qui échappent à toute appréhension matérielle, comme les créances, les valeurs mobilières, les parts sociales, les droits autres que la propriété des choses matérielles, les actions en justice, etc.
On peut par ailleurs retenir la définition du fisc, à savoir que le bitcoin est une unité de compte virtuelle stockée sur un support électronique permettant à une communauté d’utilisateurs d’échanger entre eux des biens et services sans recourir à une monnaie ayant cours légal.
Le bitcoin, à l’instar des autres crypto-monnaies, n’a pas cours légal ; le bitcoin n’a donc aucun pouvoir libératoire illimité et il peut être refusé en paiement d’une dette.
Comme l’a indiqué la CJUE en 2015, le bitcoin est un moyen de paiement conventionnel. Selon elle, le bitcoin est une devise virtuelle, ce dernier adjectif signifiant, au cas particulier, que sans être une monnaie au sens classique du terme, le bitcoin dispose du potentiel pour jouer un rôle équivalent à certains égards, comme lors de l’acquisition de biens par exemple, si acceptation des parties à la vente ou à l’échange. Point important : toujours selon la CJUE, le bitcoin n’a pas d’autres finalités que celle de moyen de paiement.
Nous savons que le fait pour un simple particulier (par opposition à un professionnel), d’échanger une monnaie ayant cours légal contre une autre, ne génère ni plus-value ni autre profit taxable. Par exemple, M. Tout-le-monde peut librement, et en franchise d’impôt, se procurer des devises avant de partir en vacances ou encore acheter des devises pour diversifier ses avoirs monétaires — à noter que dans tous ces cas-là, c’est toujours un établissement financier qui achète ou vend les devises (en prenant un bénéfice au passage).
Affirmer comme le fait le CE que le bitcoin est un bien meuble incorporel (ce qui est une évidence et donc une banalité) ne saurait justifier le principe d’une taxation résultant de son échange avec une autre crypto-monnaie.
Sans même entrer dans la complexité du fonctionnement des plates-formes dédiées ou du nombre astronomique de crypto-monnaies différentes échangées dans le monde, on ne voit pas pourquoi des unités de compte virtuelles n’ayant d’autres finalités que celle de moyen de paiement, devraient générer des profits taxables en cas d’échange entre elles. Dans le cas contraire, il appartiendrait au fisc d’expliquer en vertu de quoi et surtout comment il conviendrait de faire droit à ses prétentions.
Il est donc suffisant de s’en tenir aux précisions fournies par les BOI du fisc, lesquels n’envisagent aucunement la taxation des échanges de crypto-monnaies.
submitted by FEDCBA9876543210 to btc [link] [comments]

Déclaration de compte cryptomonnaies aux impôts - fiscalité - ce que dit la loi

Un sujet sensible en ce moment : quand et comment déclarer ses comptes en cryptomonnaies comme le Bitcoin aux impôts en France ?
Nous allons voir qu'actuellement beaucoup de médias suggèrent de déclarer dès cette année, tandis que la loi sur la fiscalité, elle, se veut pour l'instant plutôt contradictoire voire ambigüe.

Textes de loi officiel
Source : Legifrance
B.-Les 4° et 5° du I s'appliquent aux déclarations devant être déposées à compter du 1er janvier 2020.
4° Le I quater du chapitre Ier du titre Ier de la troisième partie est ainsi rétabli :
« I quater : Déclaration relative aux actifs numériques
«Art. 1649 bis C.-Les personnes physiques, les associations, les sociétés n'ayant pas la forme commerciale, domiciliées ou établies en France, sont tenues de déclarer, en même temps que leur déclaration de revenus ou de résultats, les références des comptes d'actifs numériques mentionnés à l'article 150 VH bis ouverts, détenus, utilisés ou clos auprès d'entreprises, personnes morales, institutions ou organismes établis à l'étranger. «Les modalités d'application du présent article sont fixées par décret. » ; 5° L'article 1736 est complété par un X ainsi rédigé : «X.-Les infractions à l'article 1649 bis C sont passibles d'une amende de 750 € par compte non déclaré ou de 125 € par omission ou inexactitude, dans la limite de 10 000 € par déclaration. «Les montants de 750 € et 125 € mentionnés au premier alinéa du présent X sont respectivement portés à 1 500 € et 250 € lorsque la valeur vénale des comptes d'actifs numériques ouverts, détenus, utilisés ou clos auprès d'entreprises, personnes morales, institutions ou organismes établis à l'étranger est supérieure à 50 000 € à un moment quelconque de l'année concernée par l'obligation déclarative prévue à l'article 1649 bis C.»
L'assemblée nationale pour sa part a statuée :
En date du 13 novembre 2018 : AMENDEMENT N°II-2523. "Les dispositions relatives à l’obligation déclarative et à la sanction s’appliquent aux déclarations devant être déposées à compter du 1er janvier 2020. Par ailleurs, un décret fixera ultérieurement les modalités de déclaration."

Distingo - compte de crypto bourse et compte d'échange

Si l'on s'en tient au sens strict des textes cités ci-dessus, un particulier n'aura à déclarer ses comptes de crypto-monnaies qu'à compter de début 2020. Cependant la loi se contredit elle même car le texte primaire invite les déclarants à le faire chaque année dès qu'un compte est ouvert.
Il faut également bien faire la différence entre un compte d'achat - stockage contre de l'euro/dollar comme Coinbase et un compte d'échange inter-crypto comme Binance.
D'un point de vue fiscal et législatif les deux jouent sur un terrain bien différents :

Pour le premier cas :
Si vous êtes domicilié en France ou à Monaco, vous devez déclarer les comptes que
avez ouverts, utilisés ou clos à l'étranger au cours de l'année.
Vous devez déclarer les comptes ouverts hors de France auprès d'un établissement bancaire ou de tout autre organisme ou personne (notaire, agent de change, etc.).
Vous avez l'obligation de déclarer, que vous soyez titulaire d'un compte ou bénéficiaire d'une procuration.
Vous n'avez pas à déclarer les comptes ayant pour objet de réaliser en ligne des paiements d'achats ou des encaissements afférents à des ventes de biens d'un montant inférieur à 10 000 € par an pour l'ensemble des comptes dès lors que ces comptes sont adossés à un compte ouvert en France.
Vous constaterez que cela peut paraître très flou quant à la qualification exacte d'un compte en crypto-actif.

Pour le second cas :
Attention : Dans le cadre d'une activité de trading régulière, vous serez soumis au régime du BNC et une taxe à 60%.
« 3. Actifs numériques
« II.-A.-Les dispositions du I ne sont pas applicables, au titre de l'année d'échange, aux opérations d'échange sans soulte entre actifs numériques définis au même I ou droits s'y rapportant. « B.-Les personnes réalisant des cessions dont la somme des prix, tels que définis au A du III, n'excède pas 305 € au cours de l'année d'imposition hors opérations mentionnées au A du présent II, sont exonérées.
A noter : Si vous réalisez des transactions régulières et au delà d'un certain montant, vos échanges peuvent être reclassés au titre d'activité professionnelle et il faudra vous déclarer en tant que tel.
Il est également important de constater qu'à l'heure actuelle les formulaires ne sont pas prévus ni adaptés aux déclarations de crypto-actifs sous quelque forme que ce soit.

Plus value et moins value

« III.-La plus ou moins-value brute réalisée lors de la cession de biens ou droits mentionnés au I est égale à la différence entre, d'une part, le prix de cession et, d'autre part, le produit du prix total d'acquisition de l'ensemble du portefeuille d'actifs numériques par le quotient du prix de cession sur la valeur globale de ce portefeuille. « A.-Le prix de cession à retenir est le prix réel perçu ou la valeur de la contrepartie obtenue par le cédant, le cas échéant comprenant la soulte qu'il a reçue ou minoré de la soulte qu'il a versée lors de cette cession. « Le prix de cession est réduit, sur justificatifs, des frais supportés par le cédant à l'occasion de cette cession. « B.-Le prix total d'acquisition du portefeuille d'actifs numériques est égal à la somme des prix effectivement acquittés en monnaie ayant cours légal à l'occasion de l'ensemble des acquisitions d'actifs numériques ou de droits s'y rapportant réalisées avant la cession et de la valeur de chacun des services et des biens, autres que des actifs numériques ou droits s'y rapportant remis lors d'échanges ayant bénéficié du sursis d'imposition prévu au A du II, comprenant le cas échéant les soultes versées, remis en contrepartie d'actifs numériques ou de droits s'y rapportant avant cette même cession. « En cas d'acquisition à titre gratuit, le prix d'acquisition à retenir s'entend de la valeur retenue pour la détermination des droits de mutation à titre gratuit ou, à défaut, de la valeur réelle des actifs numériques ou des droits s'y rapportant déterminée au moment de leur entrée dans le patrimoine du cédant. « Le prix total d'acquisition déterminé par application des deux premiers alinéas du présent B est réduit de la somme des fractions de capital initial contenues dans la valeur ou le prix de chacune des différentes cessions d'actifs numériques ou droits s'y rapportant, à titre gratuit ou onéreux hors échanges ayant bénéficié du sursis d'imposition prévu au A du II, antérieurement réalisées. Lorsqu'un ou plusieurs échanges avec soulte reçue par le cédant ont été réalisés antérieurement à la cession imposable, le prix total d'acquisition est minoré du montant des soultes. « C.-La valeur globale du portefeuille d'actifs numériques est égale à la somme des valeurs, évaluées au moment de la cession imposable, des différents actifs numériques et droits s'y rapportant détenus par le cédant avant de procéder à la cession. « IV.-Les moins-values brutes subies au cours d'une année d'imposition au titre des cessions de biens ou droits mentionnés au I, autres que celles entrant dans le champ du II, sont imputées exclusivement sur les plus-values brutes de même nature, réalisées au titre de cette même année. « V.-A.-L'impôt sur le revenu correspondant à la plus-value mentionnée au présent article est versé par la personne physique qui réalise, directement ou par personne interposée, la cession. « Les redevables portent sur la déclaration annuelle prévue à l'article 170 le montant global de la plus ou moins-value réalisée au titre des cessions imposables de l'année. Ils joignent à cette déclaration une annexe conforme à un modèle établi par l'administration, sur laquelle ils mentionnent et évaluent l'ensemble des plus ou moins-values réalisées à l'occasion de chacune des cessions imposables effectuées au cours de l'année ou les prix de chacune des cessions exonérées en application du B du II. « B.-Un décret détermine les obligations déclaratives incombant aux redevables et aux personnes interposées mentionnées au I.

Qualification d'un actif numérique

« VI.-Les actifs numériques comprennent : « 1° Les jetons, à l'exclusion de ceux remplissant les caractéristiques des instruments financiers mentionnés à l'article L. 211-1 du code monétaire et financier et des bons de caisse mentionnés à l'article L. 223-1 du même code. « Pour l'application du premier alinéa du présent 1°, constitue un jeton tout bien incorporel représentant, sous forme numérique, un ou plusieurs droits, pouvant être émis, inscrits, conservés ou transférés au moyen d'un dispositif d'enregistrement électronique partagé permettant d'identifier, directement ou indirectement, le propriétaire dudit bien ; « 2° Toute représentation numérique d'une valeur qui n'est pas émise ou garantie par une banque centrale ou par une autorité publique, qui n'est pas nécessairement attachée à une monnaie ayant cours légal et qui ne possède pas le statut juridique d'une monnaie, mais qui est acceptée par des personnes physiques ou morales comme un moyen d'échange et qui peut être transférée, stockée ou échangée électroniquement. »

Hardware Wallet style Ledger Nano

Bonne nouvelle, vos chères crypto stockées à froid sur un portefeuille matériel externe échappent totalement à l'imposition ou déclaration.
D'un point de vue juridique la loi considère (pour l'instant) ces sommes comme de l'or possédé physiquement ou bien de l'argent liquide - papier.
Pour les particuliers voulant se créer une épargne moyen-long terme cela peut constituer un élément intéressant à prendre en compte, autant d'un point de vue légal que sécuritaire.
N'oubliez pas cependant que le jour où vous traduirez vos crypto-monnaies contre de l'Euro, vous devrez à ce moment là les déclarer.

Conclusion

Plus que jamais nous entendons sur les réseaux et divers médias tout et son contraire quant à la déclaration des crypto-monnaies et comptes associés en France.
Et il y a de quoi, le gouvernement ne sait pas lui même par quel bout prendre ces actifs de nouvelle génération. Il se veut selon le Ministre Bruno Lemaire "crypto-friendly" appliquant la flat tax à 30% sur l'imposition des plus values, tout en restant assez dubitatif de comment traiter officiellement le sujet.
Dans tous les cas, pas de panique ! Si vous avez déjà déclaré votre compte Coinbase ou Kraken c'est très bien, sinon pour les autres, rendez-vous début 2020.
DISCLAIMER : Nous vous encourageons à prendre vos dispositions quant au fait de déclarer un compte déjà ouvert. Vous êtes seul responsable de vos obligations légales. Les informations citées ci-dessous proviennent de textes de loi officiels et nous ne saurions en aucun cas être tenus pour responsable de la non-déclaration d'un compte de crypto-actifs.
submitted by Crypto-Matrix to Bitcoin [link] [comments]

Le cours monte, mais avant d'acheter des bitcoins soyez prudent. Voici quelques conseils.

Encore une fois le cours du bitcoin monte de plus en plus vite. Beaucoup de gens s’y intéressent d'un coup. Tant mieux pour la communauté et l'écosystème bitcoin, mais en tant que débutant il faut être prudent avant de s'y lancer ou investir.
Voici mes astuces pour débuter dans le monde du bitcoin:
Voila j’espère que ces infos vous seront utile (pour ceux qui sont intéressé(e)s) . Je réponds a vos questions.
submitted by kos_kos to france [link] [comments]

Apprendre à relativiser

Ce poteau est principalement motivé par les nouvelles envolées du bitcoin, mais je suis certain que des redditeurs plus anciens ont déjà rencontré le même problème en bourse. Je m'explique :
Comme beaucoup de geeks, j'ai entendu parler du bitcoin relativement tôt. J'ai trouvé l'idée intéressante. Quelques temps plus tard, j'ai vu que la barre des 100 euros était franchie. Le cours étant déjà assez chaotique à l'époque, je me suis dit que j'allais attendre la prochaine correction. Puis ça a bondi à 1000 euros, puis ça s'est effondré à 200, j'ai eu peur... et finalement je n'ai rien acheté.
Si j'avais placé, à l'époque, une petite partie de mon portefeuille en bitcoins, je serai aujourd'hui "FIRE" comme disent nos amis anglo-saxons. Et ça me bouffe. Chaque fois qu'un nouvel article mentionne le bitcoin, chaque fois qu'un nouveau record fait la frontpage, je ne peux pas m'empêcher de me demander "et si..."
Bref, c'est malsain, probablement stupide (avec des si, on mettrait Paris en bouteille) mais je suis curieux de connaître vos avis sur la question et vos méthodes pour gérer ce type de pensées.
submitted by Dalmasio to vosfinances [link] [comments]

Impôts, bitcoin et achat immobilier

Bonjour tous,
Bitcoin oblige, je me suis crée un throwaway.
J'ai gagné des bitcoin sous la forme de commissions en 2013 (opérateur de pool de minage). Aujourd'hui, au cours actuel, je pourrais tous les vendre pour ~100K euro et c'est ce que je souhaite faire.
26 ans, ingénieur dans l'informatique en région parisienne, je touche environ ~65K euros brut annuel et ma compagne 25K. Nous sommes locataires d'un 37m² à 1400 euros par mois (bienvenue à Paname)
Nous allons nous installer au milieu de l'année prochaine à Bordeaux. Il est possible que je puisse conserver mon emploi actuel ainsi que mon salaire. Ma compagne quant à elle se trouvera un nouveau job là-bas dans les mêmes eaux en terme de salaire.
Nous souhaiterions acheter une maison dans la perspective de faire notre premier enfant. L'achat immobilier représenterait entre 250K et 300K d'emprunt immobilier.
Sans compter les bitcoin; nous avons actuellement 18K d'épargne réparti entre un livret épargne orange chez ING Direct (15K afin de faire face à un imprévu, perte d'emploi, santé, etc..) et une assurance vie à mon nom chez Fortuneo, ouverte il y a 1 an. (3K réparti à 20% sur des fonds en euro et le reste sur du risqué). Au vue de notre épargne actuelle mensuelle, il est probable que nous atteignions 30K d'épargne en Juin 2018 lorsque nous voudrons devenir propriétaire de notre future résidence principale en région bordelaise.
Pour revenir aux bitcoin, ma première question est l'avis d'imposition puisque à ce que j'ai compris, il existe 2 façons de les déclarer : * Le MicroBNC pour des revenus exceptionnels * Le BIC, qui nécessite le montage d'une structure avec publication de bilan et tutti quanti.
Je ne souhaite pas passer passer par le BIC puisque ne les ayant pas minés moi même : aucune facture de matériel, d’électricité, de gestion à opposer en terme de charges. De plus, monter une structure rien que pour les vendre me semble un peu overkill Néanmoins, puisque la somme à transformer en une seule fois représente plus de 50% de mes revenus classiques, il semble que la porte du BNC me soit fermée et que je doive forcément les déclarer en BIC. A moins d'étaler la vente sur plusieurs années ?
Il y a-t-il des gens dans l'assemblée ayant pu se pencher sur la meilleure façon de déclarer une plus-value sur les cryptomonnaies ?
Ensuite, nous nous demandons que faire avec cet argent une fois récupéré.
Dois-t-on l'utiliser comme apport pour l'achat de notre résidence principale à Bordeaux ? Dois-t-on l'utiliser pour acheter comptant un petit appartement d'étudiant dans une ville étudiante comme Rennes, Lilles dans le but de le mettre immédiatement en gestion locative ? (est-il possible de partager les frais de notaires sur l'achat de l'appartement et celui de notre résidence principale afin d'économiser sur ce plan la ?)
Etant donné nos revenus relativement confortables, dois-t-on ne rien faire de cet argent et le laisser dormir sur une assurance vie ?
Désolé pour ce post long, j’espère avoir posé mes questions de la bonne façon.
Merci à vous d'avance,
submitted by jetteauloin456789 to vosfinances [link] [comments]

[À Lire] Tout sur Monero, résumé en Français

Qu'est ce que Monero (XMR)?
Monero est une (crypto-)devise sécurisée, personnelle et intraçable. Monero est Open-source et librement accessible à tous.
Monero est une vraie monnaie que tout le monde peut réellement utiliser dans la vraie vie. Il permet simplement de recevoir des paiements sans de soucier de la provenance des fonds. Avec les systèmes dit 'transparents' comme Bitcoin, Ethereum, Verge ou Dash (par exemple), les personnes ne peuvent qu'espérer (ou bien passer pas mal de temps à vérifier) que le payeur n'a pas utilisé ses fonds de manière frauduleuse. De plus, les vendeurs ne souhaitent pas que les acheteurs soit tracés et connus de tout, tout comme chacun d'entre nous ne veut pas que tout le monde sache combien nous dépensions. Si je dépense plus que je ne devrais sur Amazon, c'est mon problème.
Monero est différent car chacune des transactions est toujours privée. Il n'y a aucun moyen pour une mine ou une plateforme d’échange de devise de désactiver ces transactions privées. Par conséquent, l’anonymat offert par Monero dépasse largement celui des autres cryptomonnaies. À ce jour (depuis le fork de septembre), 100% des transactions cachent l'émetteur, le receveur et le montant. Il n'y a également aucune raison d'avoir peur d'effectuer une transaction privée, puisque toutes les transactions Monero le sont. En aucun cas une transaction peut "briller" plus que les autres.
Cette "privacy" (ce qui relève du privé, au sens personnel) est apportée par ces 4 principales technos :
Il y a bien d'autres choses qui font que Monero est un bon projet :
Maintenant que vous être familier avec Monero, et êtes convaincu qu'il utilise ce qui se fait de mieux en cryptographie, qu'apporte-t-il de plus par rapport aux autres crypto-monnaies ?
Suis-je un forcément un délinquant si j'utilise Monero ?
Non, bien sûr que non. Monero se considère comme la monnaie de la liberté. Il est possible d'en faire ce que l'on veut, où on veut, quand on le veux. Cependant, il n'est évidement pas conseillé de mettre tout ses revenus dedans, bien que nous croyons fortement dans son utilité dans la vie réelle, il y a toujours un risque non négligeable lié aux marchés boursiers. Après, ce que vous en faites ne nous regarde pas ! (et il nous serait impossible de le savoir ! ;) )
D'où vient le mot "Monero" ?
Monero vient de l’Espéranto. Il signifie "pièce de monnaie", "monnaie" ou "devise". Le pluriel de Monero est "Moneroj"
OK. Comment débuter ? Comment stocker mes Moneroj ?
Nous recommandons UNIQUEMENT l'usage des logiciels officiels:
Guide d'installation pour grand-maman !
Y a-t-il un portefeuille léger pour Monero ?
Pas pour le moment, mais il est possible d'utiliser l'interface officielle en la connectant à un nœud existant. C'est vrai que le client officiel est relativement lourd, mais les équipes de devs travaillent durement à son allègement.
Y a-t-il d'autre moyen de stocker des Moneroj ?
Oui, il existe plusieurs portefeuille pour mobile, mais nous ne les recommandons absolument pas car ils ne sont pas issus de développements officiels. Certains ont fait état de perte de Moneroj, de vol ou autre. Si vous voulez tout de même utilisez un portefeuille tiers, faites le en tout état de cause et de connaissance, et pour de petites sommes. La plupart de ces portefeuilles tiers possèdent vos clés privées (ce qui sert à générer votre adresse, et ne doit absolument pas être connue de quiconque (sauf peut-être un avocat, pour vos enfants au cas où )) et donc les moneroj présents ne vous appartiennent pas.
Comment acheter des moneroj ?
Il existe plusieurs plateformes d’échange de cryptomonnaies contre des devises.
Pour changer des crypto-monnaies entre elles:
En France, il existe La Maison du Bitcoin, qui permet d'acheter des bitcoin par virement ou carte bleue. Il suffit ensuite de changer les bitcoins pour des Moneroj (XMR) via Shapeshift ou une des plateformes d’échange listées ci-dessus.
MINING:
Où trouver une bonne mine (pool) ? Monero Pools
Quel logiciel de minage utiliser ? CPU:
GPU:
J'ai un commerçant qui accepte uniquement les bitcoins, mais bitcoin n'est ni privé ni anonyme. Comment faire ?
Il est possible d'utiliser XMR.TO, mais il serait bien de sensibiliser votre vendeur sur l'absence de privacy et d’anonymat inhérent au Bitcoin. ;)
Liste des ARNAQUES avérées:
SubReddit en relation avec le Monero:
(tous en Anglais)
Note:
Ce post est une tentative hasardeuse de traduction faite par moi même du post original du sub principal. Si vous voyez une erreur, une coquille de trad ou une tournure de phrase ambiguë, dites le moi !
Je tenterais la traduction d'un des guides d'utilisation du GUI...
ttlk.
submitted by ttlk to Monero_Fr [link] [comments]

Petite analyse détaillée des principales cryptomonnaies

Bonjour,
voici un résumé avec mon avis sur quelques cryptomonnaies intéressantes du top 50, avec mon avis sur chacune d'entre elle. Certaines ont des sources (en français) qui vous permettront de creuser un peu. N'hésitez pas à donner votre avis pour améliorecompléter ce tour d'horizon :)
Bitcoin (XBT) : or numérique Montant maximum : 21 millions de bitcoins (actuellement : autour de 16,5 millions). C'est la cryptomonnaie la plus ancienne, la plus solide et la plus répandue. Elle représente à elle seule la moitié de la capitalisation totale des cryptomonnaies, et elle sert souvent d'intermédiaire entre deux autres cryptomonnaies. Elle a 9 ans et sa conception n'a jamais été mise en défaut. C'est la cryptomonnaie actuellement la moins risquée des cryptos, au moins à moyen terme (quelques années) - ce qui ne veut pas dire qu'elle est sans risque ! Mon avis : Selon moi le bitcoin a un vrai avenir sur tout ce qui est transactions entre personne genre virements bancaires ou éventuellement paiements de grande valeur, mais pas vraiment pour les achats du quotidien : dans l'état actuel de la technologie, le bitcoin a un problème de "scabilité" (possibilité de faire de très nombreuses transactions par seconde). Plusieurs innovations sont attendues en 2018 pour améliorer ce point, notamment le Lightning Network qui permettrait de décharger une partie des transactions. Côté investissement, n'importe quel portefeuille que vous vous ferez devrait contenir des bitcoins. La proportion dépend du risque que vous souhaitez prendre mais 1/3 à 2/3 de votre portefeuille semble une fourchette raisonnable.
Ethereum (ETH) : plate-forme de smart contracts Montant maximum : pas de maximum (actuellement : presque 100 millions) Cette cryptomonnaie a été créé en 2015, avec à sa tête Vitalik Butlerin, un développeur reconnu dans la communauté. L'ethereum a un intérêt fondamental par rapport au bitcoin et autres cryptos similaires : il permet d'exécuter des "smarts contracts", c'est à dire des bouts de code. Cela a un potentiel d'applications beaucoup plus large que le bitcoin, et a même lancé une nouvelle génération de cryptomonnaies. Par ailleurs, elle est soutenue par quelques grosses entreprises, regroupées au sein de l'Ethereum Alliance - même si rien ne garantie que ces entreprises vont effectivement utiliser l'ethereum et non pas leur propre cryptomonnaies à l'avenir... Mon avis : Malgré un risque supérieur à celui du bitcoin, ça me semble être une cryptomonnaie qui a un intérêt potentiel important, et donc pourrait devenir une technologie réellement disruptive. Les smarts contracts ont pour énorme avantage d'être infalsifiables ("code is law") - ce qui a d'ailleurs déjà eu de fâcheuses conséquences (cf Ethereum Classic, voir ci-dessous) et continue à en avoir (une erreur dans un smart contract de Parity durant l'été 2017 a gelé des centaines de milliers d'éther)... Malgré ce potentiel énorme, beaucoup reste à faire et à développer, et certains commencent à se plaindre du statut "Work In Progress"/"Proof of Concept" qui semble durer. Certains pensent d'ailleurs que sa valeur est trop élevée par rapport à sa valeur fondamentale : on n'utilise pas vraiment l'éther comme cryptomonnaie, mais comme support pour les smarts contracts, surtout que sa valeur est actuellement portée par l'essort des ICO (Initial Coin Offering). Pour creuser : Vidéo d'ArtPlay sur Ethereum .
Ripple (XRP) : la crypto des banques Montant maximum : environ 100 milliards (actuellement : environ 38 milliards) - il s'agit d'une crypto déflationniste (i.e., le nombre total de ripple diminue avec le temps). 6 milliards sont également détenus par les créateurs, et le reste est placé en "Escrow" Cette cryptomonnaie existe depuis quelques années déjà, avec des premiers concepts datant de 2004. Son but est de réduire des taux de changes entre n'importe quelle monnaie du monde, en passant par le Ripple comme monnaie intermédiaire. La gestion est cependant centralisée, ce qui est différent de la plupart des autres cryptomonnaies ; mais cela peut être considéré comme un avantage pour les banques traditionnelles. Ripple a noué des partenariats importants (American Express en novembre 2017, ou la fondation Bill and Melinda Gates, par exemple), qui montre un réel intérêt du monde de la finance "classique". Cette cryptomonnaie est "pseudo-décentralisée" : la validation des noeuds est confiée à un certain nombre d'acteur sélectionnés à l'avance. Mon avis : C'est une idée intéressante, et son positionnement particulier par rapport aux autres cryptomonnaies (ne servir que d'intermédiaire) en fera peut-être son succès. Le principe des taux de change n'est pas spécifique au ripple mais c'est un bon angle marketing. Quelques zones d'ombre déplaisent cependant à la communauté crypto, notamment l'aspect pseudo-décentralisé qui va à l'encontre de la philosophie générale des cryptomonnaies, et le grand nombre de ripple détenu par l'équipe de développement, donc on ne sait pas comment ils vont être utilisés. Pour creuser : Vidéo de Blocs sur Ripple .
Ethereum Classic (ETC) : clone d'ethereum voué à l'échec Montant maximum : pas de maximum (actuellement : presque 100 millions) En 2016, une faille a été découverte par des hackers dans un smart contract (un DAO) basé sur Ethereum (donc non lié au code Ethereum lui-même). Cela a permis un vol historique de plusieurs millions de dollars. L'équipe de développement et l'écrasante majorité des utilisateurs ont accepté de réécrire la blockchain pour annuler le vol. Cela a nécessité un hard fork, qui est devenu le nouvel Ethereum. Une petite partie de la communauté a cependant considéré que l’intervention humaine pour décider où l’argent était n’était pas “éthique”, même si cela impliquait une perte d’argent par des investisseurs n’ayant pas suffisamment fait attention à ce qu’ils faisaient de leurs tokens, et qu’il fallait donc garder une blockchain “non manipulée”, c’est devenu l’Ethereum Classic (ETC). Tous les possesseurs d'ETH ont donc eu la même quantité d'ETC. Mon avis : Personnellement, je refuse de soutenir cette cryptomonnaie pour des raisons philosophiques. C'est un pur produit de spéculation, et je n'y vois peu d'avenir concret. Pour creuser, un message d'un ancien participant au projet ETC, qui montre un peu les dessous de cette cryptomonnaie et pourquoi il faut sérieusement s'en méfier
Bitcoin Cash (BCH) : clone du bitcoin hostile au bitcoin Montant maximum : 21 millions de bitcoins (actuellement : autour de 16,5 millions). Comme pour l'ETC avec l'Ethereum, il s'agit d'une copie du bitcoin suite à un hard fork. Le problème de base est la scabilité, c'est à dire le nombre de transactions que l'on peut faire passer à la seconde. Le bitcoin est très encombré actuellement, ce qui augmente les frais de transaction de manière vertigineuse (il faut payer cher pour être sûr que sa transaction va être effectuée). Pour régler ce problème, plusieurs solutions existe. Le Lightning Network, proposée par les développeurs "historiques" du bitcoin n'est pas encore prêt. Des mineurs ont décidé de lancer leur propre blockchain, avec une taille de bloc de transaction 8 fois plus grande qu'actuellement, et une difficulté de minage mise à jour plus rapidement. Mon avis : Le Bitcoin Cash a été lancée face au bitcoin de manière "hostile", avec pour intention claire de remplacer celui-ci. La solution retenue (augmenter la taille des blocs de transaction) n'est que temporaire et ne règlera pas le problème, qui nécessite une vraie rupture technologique. Il y a eu beaucoup d'hostilité, de désinformation et de délit d'initié de la part de cette cryptomonnaie. Comme pour l'ETC, je refuse de soutenir cette cryptomonnaie pour des raisons philosophiques. Pour creuser : Vidéo de Blocs sur Bitcoin Cash .
Litecoin (LTC) : clone du bitcoin en un peu plus rapide Montant maximum : 84 millions (actuellement : environ 49 millions) Il s'agit d'une cryptomonnaie similaire au bitcoin, avec quelques petits avantages, genre un minage plus facile et un temps de validation des transactions plus court. L'équipe de développement, dont Charlie Lee est la figure la plus connue, a l'air solide, et arrive à implémenter des nouveautés (avec succès) plus facilement que le bitcoin. Mon avis : Il y a peu de chances que cette cryptomonnaie supplante le bitcoin, étant donné que malgré ses avantages, elle n'a pas réussi à supplanter le bitcoin depuis son lancement il y a 5 ans. Cependant vous ne prendrez pas beaucoup de risque non plus en investissant dans cette crypto.. Pour creuser : Vidéo de Renan sur Litecoin .
Cardano (ADA) : nouveau concurrent de Bitcoin Montant maximum : 45 milliards d'ADA. Lancée le 1er octobre 2017, cette crypto a fait une entrée remarquée dans le top 10 des cryptos en 2 mois à peine. Il se démarque de ses concurrents par le fait d'être développés par des universitaires. Il s'agit d'une plateforme de smart contracts. La validation se fait par proof-of-stake, c'est à dire dépendamment du nombre d'ADA possédés, et non pas par proof-of-work comme le bitcoin. Le modèle de gouvernance se fait par un certain nombre d'élus qui décident de l'évolution de la crypto. Mon avis : la crypto semble avoir des bases solides, et le modèle de gouvernance est intéressant, plus souple que bitcoin sans être centralisé de manière quasi immuable par de gros acteurs comme ripple. On peut le voir comme un futur challenger de Bitcoin.
Monero/Dash/Zcash (XMDASH/Zcash) : cryptos anonymes Ces cryptomonnaies ont en commun d'avoir un principe similaire au bitcoin, mais avec un accent donné sur l'anonymat. Cela peut être intéressant pour plusieurs types de publics, et donc peuvent devenir une alternative viable. Pour information, le Monero et le Dash, avec le bitcoin et l'ethereum, étaient acceptés sur AlphaBay (le principal site web de ventes illégales, dont la drogue, sur le web avant sa fermeture). Les équipes de développement ont l'air solides pour les trois. Mon avis : Ces cryptomonnaies ont un réel intérêt par rapport au bitcoin. J'aurais cependant du mal à dire laquelle est la plus intéressante entre les trois. Le Dash a une meilleure communication, Monero est plus "artisanal" mais plus solide techniquement, Zcash a un potentiel de développement plus élevé. Pour creuser: Vidéo de Blocs sur Monero . Pour creuser: Vidéo d'ArtPlay sur Dash .
NEM (XEM) : crypto asiatique Montant maximum : 9 millions (actuellement : 9 millions) C'est une cryptomonnaie visant essentiellement un public asiatique. C'est une cryptomonnaie soutenue par de grosses banques et institutions japonaises, ce qui peut contribuer à son succès. Sa valeur a explosé en quelques mois. Mon avis : Cette crypto a du succès, mais comme on en entend moins parler dans le monde occidental, il est plus difficile de se faire un avis objectif.
IOTA (MIOTA) : crypto pas encore fonctionnelle destinée à l'internet des objets C'est une cryptomonnaie visant à faire des micropaiements dans le monde de l'internet des objets. Cela représente une technologie réellement "disruptive". Un point intéressant de cette crypto est la scabilité (c'est à dire la possibilité de développement à grande échelle), assurée par construction même : pour chaque transaction effectuée avec le IOTA, il faut valider 2 transactions au préalable. Mon avis : L'internet des objets a un grand avenir, et cette idée semble séduisante. Lors de son lancement, sa capitalisation a directement dépassé le milliard de dollars. La technologie n'est cependant pas encore au point, et la validation de transactions comme préalable à chaque nouvelle transactions est certes un mécanisme intéressant, mais qui n'a jamais été testé. Il faut voir si c'est une technologie sérieuse et sécuritaire.
Stratis (STRAT) : créez votre propre blockchain Il s'agit d'une start-up proposant à des entreprises d'implémenter la technologie blockchain pour elles. Elle permettra de faire de la programmation en C#, un langage de programmation répandu. C'est un marché porteur, la technologie blockchain ayant un avenir certain, et Stratis est l'une des premières entreprises positionnées sur ce marché. Mon avis: Le potentiel de croissance futur dépend de la qualité de cette entreprise. Pour l'instant elle s'en sort plutôt bien Pour creuser: Vidéo de Blocs sur Stratis .
EOS (EOS) : smart contracts gratuits EOS sert de plateformes à smart contracts, un peu comme Ethereum. Mais à l'invers de celui-ci, EOS garantit des transactions gratuites, et les promoteurs promettent de pouvoir gérer des millions de transactions par seconde. Cette crypto a un lancement particulier et pour l'instant unique : au lieu de mettre en vente tous les tokens d'un coup comme c'est généralement le cas, ils en mettent un 1/365e chaque jour pendant 1 an (après une vente initiale). Mon avis: Le pari est risqué mais valable. Le format particulier de son ICO fait qu'on a le temps de voir comment le projet évolue et si l'équipe est solide - ce qui est un gage de confiance.
NEO/Waves/Omni/Nxt/Bitshares/Counterparty (ANS/WAVES/OMNI/NXT/BTS/XCP) : smart contracts alternatifs Ces cryptomonnaies ont un concept similaire à Ethereum, c'est à dire d'être une plateforme pour des smart contracts. Mais elles ont moins de succès: parmi les 50 assets les plus populaires, 43 sont basées sur Ethereum, 4 sont basés sur Omni, 1 sur Nxt, 1 sur Waves, 1 sur NEO... Mon avis : pour l'instant ces cryptomonnaies ont moins de succès que Ethereum, mais ça pourrait changer avec NEO ou Waves qui ont eu beaucoup de succès récemment. Omni et Nxt ont à peu près le même âge que Ethereum donc je doute de leur succès. Je ne connais pas bien les deux derniers. Pour creuser : Vidéo de Blocs sur NEO .
Iconomi (ICN) : jouez à la bourse dans le monde des cryptos Cette cryptomonnaie vise à créer des outils de trading comme en bourse : portefeuille de valeurs, indices, etc. L'idée est d'acheter des tokens de cette cryptomonnaie, sachant que l'argent sera investi sur d'autres cryptomonnaies et suivra leur valeur. L'équipe de développement a l'air sérieuse et a sorti mi-2017 le premier volet de son projet (le ICNX) Mon avis : C'est une bonne idée si vous ne voulez ou pouvez pas passer trop de temps à suivre le détail du marché - activité hautement chronophage...
Golem (GNT) : louez votre puissance de calcul Cette cryptomonnaie représente des tokens pour louer de la puissance de calcul. Le principe est que si l'on a besoin de beaucoup de puissance de calcul pour un projet particulier (calcul en laboratoire, rendu 3D dans un film d'animation, etc), on passe un contrat sur la blockchain pour effectuer ces calculs, distribué entre de nombreuses machines, sans passer par des machines hyper puissantes (comme le projet [email protected], pour ceux qui connaissent). Notez que la rémunération de ceux qui ont participé au calcul se base sur un système de loterie pour diminuer les coûts de transaction. Mon avis : L'idée est séduisante, et c'est probablement l'un des projets les plus solides, car on peut avoir une idée de sa valeur fondamentale, en comparant aux services existants de cloud computing (Amazon ou Microsoft). Mais c'est paradoxalement l'un de ses défauts : sa valeur ne grimpera probablement pas à des sommets car sa valeur fondamentale pouvant être grossièrement estimée, sa valeur d'échange ne devrait pas trop s'en éloigner. Par ailleurs, le revenu tiré de la puissance de calcul par Golem sera toujours comparé au revenu potentiel du minage, et sera probablement comparable.
AuguGnosis (REP/GNO) : pariez sur l'avenir Ces deux projets, relativement similaires, proposent de faire des paris sur l'avenir grâce à des smarts contracts, un peu comme chez les brokers à Londres. Ils se basent sur la fameuse "sagesse des foules" : si on demande à un grand nombre de gens de faire une estimation (par exemple, le nombre de boules dans une boite), alors la valeur moyenne sera souvent très proche de la vraie valeur. Il y a un certain nombre d'hypothèses pour que cela fonctionne, notamment que les gens font des estimations indépendantes (ils ne discutent pas entre eux, sinon ils s'influencent) et non biaisées, ce qui est en pratique difficile. Mon avis : Ce sont des projets intéressants, qui peuvent faire connaitre le monde de la blockchain au grand public - tout comme on donne parfois les estimations des brokers anglais pour le résultat d'une élection ou un match de foot. Je n'ai pas trouvé leurs plateformes de pari vraiment claires, mais j'imagine que ça va s'améliorer avec le temps.
Dogecoin (DOGE) : clone rigolo du bitcoin Montant maximum : pas de maximum (actuellement : presque 110 milliards) Un clone du bitcoin dont les possesseurs cherchent surtout à faire augmenter sans limite sa valeur (leur slogan : "to the moon!"). Mon avis : une cryptomonnaie qui n'a pas beaucoup d'intérêt à part pour son symbole marrant (une tête de chien). Sérieusement.
GameCredits/MobileGo/FirstBlood (GAME, MGO, FIRST) : les cryptos des jeux vidéos Ces cryptomonnaies se concentrent dans le monde du jeu vidéo, selon trois marchés : la vente dématérialisée "à la Steam" (plutôt pour GameCredits), les micropaiements dans le jeux mobiles (plutôt pour MobileGo) et les paris sur les tournois de jeux vidéos (plutôt pour FirstBlood). Chacun de ces marchés a un grand potentiel ; la grande question est de savoir si ces acteurs vont réussir à s'imposer. Cela dépend plus de la qualité des entreprises que de la cryptomonnaie en elle-même. Mon avis : Ces cryptomonnaies sont dignes d'être suivies, vu le potentiel du marché. Mais je pense personnellement que ces cryptomonnaies doivent venir des acteurs historiques du marché (Steam, Electronic Arts, Blizzard...), déjà bien implantés avec des plateformes solides, plutôt que d'extérieurs qui doivent s'imposer. La tendance actuelle est de se rapprocher du e-sport, encore sous-développé.
CIVIC (CVC) : identifiez-vous et authentifiez-vous grâce à la blockchain Cette cryptomonnaie s'intéresse aux concepts d'identité. Ils proposent de faire des vérifications d'identité avec une validation sur la blockchain : par exemple, un site web, au lieu de demander une pièce d'identité et une preuve de domicile, pourrait simplement demander une confirmation dans la blockchain CIVIC que son client est bien celui qu'il croit être. Cette demande serait monnayée avec le token CIVIC. Leur ICO a été très particulière : le nombre de tokens mis en circulation était limité et avait un mécanisme pour avoir un maximum d'utilisateurs plutôt que pour lever le maximum d'argent possible - ce qui est très cohérent avec le projet. Mon avis : un super projet, et l'équipe semble bien tenir la route. Certains s'inquiètent du côté "Big Brother" de cette technologie - toutes les infos personnelles sont stockés sur un registre - mais le projet est en tout cas tout à fait cohérent avec le potentiel de la technologie blockchain.
InsureX (IXT) : assurez-vous grâce à la blockchain Il s'agit d'un smart contract avec assurance - c'est à dire que l'on s'assure pour un risque (par exemple : le bitcoin descend en-dessous de 20000 euros avant le 1er septembre). Le "smart contract" permet de s'assurer que le contrat sera exécuté quoi qu'il arrive. Mon avis : l'idée est bonne, c'est même la base des smart contracts, mais cela arrive selon moi trop tôt : le monde des cryptomonnaies est encore jeune et peu mature, et je vois mal une adoption même partielle d'assurances sur une blockchain. Mais le projet est à suivre quand même.
TenX, TokenCard, Monaco, WireX/Xapo (PAY,TKN, MCO, ???) : cartes bancaires cryptos Ces projets visent à pouvoir dépenser ses cryptomonnaies avec une carte bancaire. L'idée est bonne, car ça permet d'être peu affecté par les taux de change variables entre pays - par contre, on est très affecté par la volatilité des cours des cryptomonnaies. Plusieurs entreprises se sont lancées sur cette idée, il reste à voir laquelle s'en sortira le mieux, et si cela a réellement un intérêt pour les paiements du quotidien. Mon avis : C'est une idée qui permet d'utiliser réellement ses cryptos, plutôt que de les utiliser uniquement à des fins de spéculation. Cependant, ce marché est encore jeune : par exemple, début janvier, la plupart des cartes bancaires ont été désactivées, car elles passaient par un intermédiaire du nom de WaveCrest qui a vu ses activités stoppées par VISA.
Basic Attention Token (BAT) : alternative payante à la publicité sur internet Ces tokens vont de pair avec un navigateur, Brave. Ce navigateur a du succès actuellement, notamment grâce à sa capacité native de bloquer les publicités (comme adBlock ou uOrigin), ce qui en plus accélérerait le chargement des pages web. Le modèle derrière propose d'accepter certaines publicités, d'être rémunéré pour le visionnage via un pourcentage sur le coût de la publicité, et ce sous forme de tokens BAT. Le lancement du BAT a été un énorme succès, avec 35 millions de $ en tokens vendus en 30 secondes. Mon avis : une belle idée. Cela repose sur plusieurs inconnues cependant : l'adoption massive du navigateur Brave (malgré son succès croissant, sa part de marché reste faible) ; arriver à mettre le mécanisme de partage de rémunération avec les utilisateurs ; être sûr que le montant des rémunérations soit suffisantes, etc. Si toutes ces conditions sont remplies, l'intérêt est fort. Personnellement, je préfère attendre un peu pour voir l'évolution.
Tether (USDT) : vaut 1 US$ ou moins Cette cryptomonnaie a été crée comme valeur refuge : 1 USDT est censé valoir 1 US$. Tant que la conversion USDT/US$ est possible, cela revient au même d'avoir l'un ou l'autre. Cependant, comme cette conversion n'est pas toujours possible, les gens préfèrent avoir des US$, que l'on peut utiliser partout : ainsi, la valeur d'1 USDT est en pratique légèrement inférieure à celle d'1 US$. Mon avis : Le concept permet de retirer des fonds en USD - en attendant de les réinvestir - sans devoir payer les taxes sur les gains financiers. Selon moi c'est plutôt pour les citoyens américains qui sont taxés assez strictement pour les gains financiers. Par ailleurs, l'entreprise derrière les USDT injecte régulièrement des nouveaux tokens, et de nombreuses rumeurs doutent de la capacité de l'entreprise à avoir des stocks suffisants pouvoir échanger un nombre appréciable USDT contre des USD si les possesseurs le demandaient. Méfiance !
Bitconnect Coin (BCC) : Arnaque à la Madoff Montant maximum : 28 millions de bitconnect coins (actuellement : autour de 6,5 millions). Cette crypto a beaucoup de similarités avec le bitcoin, sa principale particularité est de proposer des échanges d'utilisateur à utilisateur, sans passer par une plateforme d'échange. Par ailleurs, elle utilise une combinaison de Proof-Of-Stake (POS) et Proof-Of-Work (POW). En clair, pour valider une transaction, au lieu de se baser sur la puissance de calcul du validateur (POW), on se base sur la quantité de cryptomonnaie qu'il possède (POS). Sur le principe, cela pourrait sauver beaucoup de puissance de calcul ; mais la vulnérabilité de cette technique est moins assurée. Ils proposent aussi un intérêt très élevé si vous épargnez vos BCC (jusqu'à 1%/jour, soit 90% par an !). Mon avis : attention, malgré cette présentation, selon la grosse majorité des personnes - moi inclus -, il s'agit d'une escroquerie. Les indices sont en effet nombreux : aucune présentation des membres de l'équipe sur le site officiel ou l'annonce de lancement sur bitcointalk ; un taux d'intérêt délirant ; un système spéculatif douteux : les utilisateurs achètent des BCC directement aux développeurs, et comme les intérêts sont très élevés, ils les vendent rarement. Donc les développeurs sont les principaux bénéficiaires (ils attendent probablement que le cours soit au plus haut pour disparaitre dans la nature). Si vous mettez le moindre satoshi là-dedans, faut s'attendre à le voir disparaitre à n'importe quel moment. Vous voilà prévenu. Pour creuser: Vidéo d'Hasheur sur Bitconnect .
Komodo (KMD) : plateforme décentralisée d'ICO, basée sur Bitcoin Montant maximum : ? (actuellement : autour de 100 millions). Komodo est une cryptomonnaie assez difficile à résumer, le projet est plutôt gros. Komodo est à la fois une monnaie, une plateforme et un système de smart contracts. Parmi ses caractéristiques les plus intéressantes de Komodo, c'est le lancement futur d'une plateforme d'ICO un peu similaire à Ethereum, "Monaize". Celle-ci sera notamment décentralisée et anonyme. Par ailleurs, le Komodo ne vise pas à remplacer le Bitcoin, mais au contraire se base sur celui-ci : au lieu de sécuriser sa blockchain de manière indépendante grâce à ses propres mineurs, Komodo va faire valider sa blockchain par Bitcoin. Il y a aussi un système d'"atomic swap", une fonctionnalité qui permet de faire l'échange de 2 cryptos instantanément et sans frais. Enfin, Komodo fait partie d'un écosystème de cryptomonnaie en développement, SuperNet. Mon avis : Le projet est intéressant, ambitieux et réaliste. J'apprécie le fait qu'il se base sur Bitcoin plutôt que d'essayer de remplacer celui-ci : Bitcoin ne disparaitra pas à court ou moyen terme, sa blockchain est solide, donc cela me parait judicieux de "profiter" de ses avantages. Une nouvelle plateforme d'ICO est aussi appréciable, même si le secteur est "concurrentiel". Ceci dit, le marketing n'est pas terrible - mais cela peut signifier de bonnes opportunités d'investissement à l'heure actuelle, le temps que ça se développe. On en est encore au début, il faut voir comment ça évolue ! Pour creuser: Vidéo d'ArtPlay sur Komodo .
Siacoin, Storj, MaidSafeCoin (SIA, STORJ, MAID) : louez votre espace disque L'idée de ces cryptomonnaies est de faire du cloud-storage grâce à la blockchain. En gros, si vous avez besoin d'espace de stockage, vous pouvez mettre vos données sur le cloud, qui seront redistribuées parmi les participants, avec une rémunération par cryptomonnaie. Cela ressemble à Google Drive ou Dropbox, sans l'aspect centralisé. L'un des enjeux est la confidentialité des donnes. Mon avis : un concept intéressant, même si ça m'enthousiasme moins que les projets de cloud-computing basés sur la blockchain. Cela peut marcher si on a plus confiance dans la confidentialité du cloud-computing par blockchain que celui proposé par des entreprises dédiées. Parmi les différents projets, le Siacoin a l'air d'être le plus solide, avec des mises à jour régulières et une roadmap respectée.
Electroneum (ETN) : utilisez votre smartphone pour miner Cette cryptomonnaie a lancé une ICO avec beaucoup de succès en octobre 2017 (dans les 40 millions de dollars). Le principe, c'est de proposer de faire du mining avec son téléphone. Les téléphones sont évidemment beaucoup moins puissants que les ordinateurs, mais le but est de proposer une application simple, que n'importe qui peut télécharger. Ainsi, cela pourrait convaincre des gens de rentrer dans l'écosystème des cryptomonnaies grâce à une friction très faible. Cette cryptomonnaie pourrait ensuite servir à des jeux mobiles, des paiements comme chez Uber, etc. Mon avis: le point fort des développeurs, c'est la communication, ils la font bien. Mais cette cryptomonnaie repose sur deux (gros) risques : va-t-on réussir à attirer de nouveaux utilisateurs par ce biais ? Et : sur quelle application concrète cela va-t-il déboucher ? Par ailleurs, l'équipe ne semble pas hyper solide niveau technique. Enfin, le minage sur mobile, si l'on en croit le whitepaper, ne fera que "simuler" du vrai minage, donc les fondamentaux semblent douteux.
Steemit (STEEM) : soyez rémunérés pour vos productions populaires Cette cryptomonnaie est destinée à récompenser la production de contenus populaires sur la plateforme "Steem" (à ne pas confondre avec Steam). Cette plateforme permet de publier des contenus sous différentes formes : texte (comme un blog), vidéo (comme Youtube), messages courts (comme Twitter)... Les visiteurs peuvent ensuite approuver un contenu qu'ils apprécient, avec un poids variable selon leur réputation dans la communauté ; le producteur du contenu recevra une rémunération en Steem. Notez que les contenus textes sont stockés sur la blockchain du projet (n'écrivez pas de bêtises, elles seront gravées dans le marbre !) Mon avis : c'est une façon originale de rémunérer les producteurs de contenus de qualité - même si ça peut favoriser les contenus "populaires" plutôt que "de qualité", mais ceci dépasse le cadre des cryptomonnaies. Ce projet a un usage réel et ludique qui font son succès, mais a deux écueils importants : il est basé sur une plateforme unique, d'où des problèmes de centralisation ; et il a un fort côté inflationniste, car le nombre de tokens augmente fortement avec le temps (une multiplication par deux par année, en moyenne), et cela fait douter de la viabilité du modèle à long terme. Pour creuser: Vidéo d'Hasheur sur Steemit .
Lisk (LSK) : smart contracts codés en javascript Lisk est une plateforme pour smart contracts. Son avantage, c'est que les smart contracts sont codés dans un langage proche du javascript, c'est à dire un langage connu depuis de nombreuses années et facile d'utilisation, plutôt qu'un nouveau langage à apprendre comme pour Ethereum (Solidity). Selon les concepteurs, cela devrait faciliter la création de nouveaux smart contracts. Mon avis: Les smart contracts sont actuellement le principal point faible, niveau sécurité, dans l'écosystème. Faire un effort d'accessibilité pour écrire les smart contracts est une bonne chose, car plus les smarts contracts sont faciles à relire par le grand public, plus on peut avoir confiance (plutôt que de devoir se fier à quelques développeurs hyper spécialisés). Mais il faut aussi que les smart contracts soient correctement audités avant d'être déployés. Pour l'instant le langage n'est pas encore prêt, mais on peut s'attendre à une belle hausse au moment de la release officielle.
Einsteinium (EMC2) : la science pour les nuls Voici une crypto qui veut être la crypto "scientifique" du milieu, et a choisi un nom et un sigle rigolos et qui sonnent "scientifique" au grand public. Les concepteurs annoncent vouloir financer des projets scientifiques avec les fonds levés, et la rentabilité de ceux-ci permettra de financer les futurs projets. Mon avis: Pour avoir travaillé dans le milieu de la science, ce projet n'a aucun d'intérêt. Afin d'être rentables, les projets financés seront des projets destinés à être rentables à court terme, et pas les plus intéressants. Et ces projets qui sont censés être rentables auraient de toutes façon trouvé des fonds pour se lancer dans tous les cas, donc pourquoi passer par Einsteinium ? Probablement pour lever plus de fonds que nécessaire. Et je pense que les projets qui lèveront le plus d'argent sont ceux qui savent "vendre du rêve" - et dans le milieu scientifique, c'est est rarement gage de qualité (c'est même plutôt l'inverse...). Bref : même si la valeur de cette crypto est en augmentation, fuyez, ses fondamentaux sont mauvais. D'ailleurs, en décembre 2017, cette crypto a fait un gros pump suite à une "annonce extraordinaire" - dixit l'équipe de développement -, qui s'est révélée être un bide total (un changement de l'algorithme de minage). Certains soupçonnent l'équipe de développement d'avoir organisé cette annonce volontairement pour faire un bon coup. Bref, méfiez-vous !
Dentacoin (DCN) (et non pas DTC) : bitcoin pour les dentistes Cette crypto souhaite devenir la "cryptomonnaie des dentistes". Elle combine paiements (grâce au token Dentacoin), système de reviews des dentistes, assurance. Mon avis : Le système de review est redondant avec ce qui existe déjà, les paiements par blockchain n'ont aucun intérêt (pourquoi payer par token son dentiste ?), et si l'assurance liée pourrait avoir un intérêt aux Etats-Unis (et encore...), elle n'est pas adaptée au système européen qui ont des services d'assurance maladie et de mutuelles de santé. Bref, bien inutile. Pour creuser: une réponse détaillée à la roadmap sur cryptofr .
PutinCoin, TrumpCoin TheresaMayCoin, MACRON (PUT,TRUMP,MAY,MCRN) : crypto-rigolo La preuve que les créateurs de cryptos ont de l'humour ;)
Si vous pensez qu'il faut ajouter de nouvelle cryptomonnaies à analyser, ou des modifications à faire, faites-en part dans les commentaires, j'éditerai régulièrement ce sujet :)
Et surtout, continuez à vous informer et à faire vos recherches, pour vous faire votre propre avis sur les différentes cryptomonnaies proposées !
submitted by Pollux568 to CryptoFR [link] [comments]

[Dépense]Mai 2013|7€|Acheter pour 8 euros de bitcoins

Proposition pour Mai 2013
Budget : 8€
Réalisateur : keepthepace
Je me charge de créer un porte-feuille pour le petit escalier et de donner ses clefs au bureau. J'ai un compte sur MtGox que je peux utiliser pour acheter pour 8 euros de bitcoins et les transférer au compte LPE.
Au cours actuel ça fait un peu moins de 100 mBTC, mais évidemment je le ferai au cours du jour.
Au passage, ça permettra d'également avoir une adresse pour accepter les paiement en BTC :)
submitted by keepthepace to PetitEscalier [link] [comments]

Cours du Bitcoin en euro du 20-06-2020 Cours du Bitcoin en direct [LIVE] Cours du bitcoin en direct du 17-07-2020 - YouTube Cours du bitcoin en euro du 22-06-2020 Cours du bitcoin en euro du 20-07-2020 - YouTube

Le cours du Bitcoin en direct. Ci-dessous, retrouvez le cours du Bitcoin en temps réel avec le prix en euros: Comme vous le voyez le cours du Bitcoin est très variable, il s’agit d’une crypto-monnaie qui en est encore qu’à ses débuts. Chaque unité de bitcoin, ou 0.00000001 bitcoin, est un Satoshi. Suivez le cours Bitcoin Euro (BTC/EUR) en direct, le graphique et retrouvez les actualités de ces devises avec Boursorama. Bourse. Menu. BTC/EUR 8 838.85 +1.41%. JUN 20 CAC 40 Index (10x) 4 504. Volume par plateforme – Marchés en temps réel – Convertisseur euro/bitcoin – Echelle linéaire – Echelle logarithmique – Cours sur Kraken Suivez le cours Bitcoin Euro (BTC/EUR) en direct, le graphique et retrouvez les actualités de ces devises avec Boursorama Le cours du Bitcoin en 2020 En 2020 aura lieu le Bitcoin Halving , un événement extrêmement attendu par l'ensemble de la communauté. Le Bitcoin Halving correspond à la division par deux des récompenses données aux mineurs pour leur action sur le réseau.

[index] [18147] [181] [24312] [26728] [10599] [3014] [12644] [18045] [28053] [23875]

Cours du Bitcoin en euro du 20-06-2020

« Cours du bitcoin » vous partage, en euro, chaque jour, ses analyses du bitcoin gratuitement. #coursdubitcoin #coursbitcoin #bitcoincours. Loading... « Cours du bitcoin » vous offre ses 5 stratégies pour faire fructifier votre argent en automatique, cliquez ici : http://coursdubitcoin.io/kdo. « Cours du bi... « Cours du bitcoin » vous partage, en euro, chaque jour en direct, ses analyses du bitcoin gratuitement. #coursdubitcoin #coursbitcoin #bitcoincours. Hide chat Show chat. Eglise TPV Casa Culte en direct - EPEPP du mercredi 15 Juillet 2020 Eglise TPV Casa Chaine Officielle 148 watching Live now How To Speak by Patrick Winston - Duration: 1:03:43. « Cours du bitcoin » vous offre ses 5 stratégies pour faire fructifier votre argent en automatique, cliquez ici : http://coursdubitcoin.io/kdo. « Cours du bi...

Flag Counter